Monthly Archives

novembre 2017

Un nouveau matériau composite à partir de nanotubes de carbone

By | Blog | No Comments

Les nanotubes de carbone, ces petits objets aux propriétés de conductivité électrique, de résistance mécanique et de légèreté exceptionnelles sont extrêmement prometteurs pour de nombreuses applications industrielles. Mais jusqu’à présent, l’intégration de ces nanotubes dans d’autres matériaux modifiait leur structure, et réduisait donc fortement leurs propriétés.image matériaux 28112017
Des scientifiques de l’université de Kiel et de l’université de Trento ont mit au point un process permettant d’intégrer à un matériau très poreux (une céramique composée d’oxyde de zinc) des nanotubes de carbone, sans en modifier la structure. La couche de nanotubes formée a permis d’augmenter fortement la stabilité de la céramique, pouvant supporter jusqu’à 100 000 fois son poids.
Les chercheurs ont ensuite dissous la structure céramique, pour ne récupérer qu’un réseau 3D de nanotubes. En remplissant cette structure 3D de polymères, ils ont pu connecter mécaniquement ce dernier aux nanotubes de carbone, sans en modifier la structure ni les propriétés.
Grâce à sa simplicité, les scientifiques estiment que ce process pourrait être appliqué à d’autres structures faites de nanomatériaux, et donc élargir encore plus le champ des applications imaginables.

New composite material made of carbon nanotubes

Des polymères issus du bois pour remplacer ceux issus du pétrole

By | Blog | No Comments

À cause de la diminution des quantités d’énergies fossiles, les polymères issus du pétrole doivent pouvoir être remplacés à plus ou moins long terme. Les chercheurs essayent d’obtenir des matériaux avec des performances équivalentes à partir de matériaux renouvelables et non polluants. Les polymères biosourcés, issus de fibres naturelles, semblent être de bons candidats. En plus d’avoir de bonnes performances mécaniques, ces matériaux sont, pour la plupart, recyclables et possèdent une faible empreinte carbone.
Par exemple, des polymères issus de fibres de bois ont été utilisés pour la production de tubes et d’emballages de produits cosmétiques en remplacement des polymères usuels. Ces produits issus de ressources renouvelables ont été conçus en utilisant des techniques classiques de moulage par injection, d’extrusion et de soufflage, limitant donc les surcoûts liés à des changements de process.

Intégrez les matériaux biosourcés et les bois dans vos démarches d’innovation et de substitution !

http://www.premiumbeautynews.com/fr/le-bois-est-il-l-avenir-du,12370

Conformité environnementale des articles : 107 substances étudiées pour la période 2018-2020

By | Blog | No Comments

L’échange d’information sur la conformité environnementale des articles est un des points limitant du processus de gestion REACh & RoHS.
Les acteurs de la Supply-Chain sont très diversifiés et les informations sur les substances présentes dans les articles sont très complexes.
Il est donc de plus en plus nécessaire d’adopter l’utilisation de format d’échange standard d’informations.

Pour ces raisons, le format IPC-1752A avait été crée pour gérer les déclarations matières dans le secteur industriel. Un nouveau format IPC-1754 dédié au secteur aéronautique et défense est en train de voir le jour : www.iaeg.com/chemicalrpt/exchange

BASSETTI DATA PROVIDER fait parti du comité de définition de ce standard qui devrait être activé fin 2017.

La plateforme DATA PROVIDER est compatible sur ces 2 formats et nous permets d’alimenter votre PLM avec les données de conformité environnementale de vos articles.

L’ECHA, agence européenne des produits chimiques, a proposé d’inclure 107 substances à son plan d’évaluation par les Etats membres pour la période 2018-2020 : 26 substances en 2018, 37 en 2019 et 44 substances en 2020 vont être étudiées pour en identifier clairement les usages et scénarii d’exposition.

L’objectif de ces études est d’obtenir plus d’informations sur ces substances suspectées dangereuses, afin d’en définir les niveaux de risque et les éventuelles mesures à mettre en place.

Le CoRAP (Community Rolling Action Plan), le plan organisant les actions prises par le comité des états membres, sera publié dans sa version finale en mars 2018.

Identifiez vos substances à risque et anticipez les évolutions de ces réglementations !

5 substances chimiques étudiées dans le cadre du règlement REACh

By | Blog | No Comments

L’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, a publié des résultats d’études sur cinq substances chimiques soupçonnées d’être des perturbateurs endocriniens. L’Anses a la charge « d’évaluer […] le danger et l’exposition […] à certaines substances perturbateurs encocriniens pour mieux les gérer ». Dans ces études, les cinq substances (TMBPF (4,4’-méthylènedi-2,6-xylénol), triclocarban, RDP (tétraphényl m-phénylène bis(phosphate), dicyclopentadiène et sulfate d’étain) ont été classées en deux groupes séparés en fonction des mesures prises. Le TMBPF, le triclocarban et le RDP ont fait l’objet d’analyses des meilleurs options pour gérer le risque.

De leur côté, le dicyclopentadiène et le sulfate d’étain ont fait l’objet d’une évaluation au titre du règlement REACh, car elles sont suspectées d’avoir des propriétés CMR (cangérogène, mutagène ou reprotoxique).

Ces études sont des étapes pouvant mener à la reclassification de ces substances si les effets reprotoxiques ou CMR venaient à être confirmés. L’Anses est par exemple à l’origine de l’inscription du bisphénol A sur la liste de substances extrêmement préoccupantes (liste SVHC – Substance of very high concern) en juin 2017, en tant que perturbateur endocrinien.

Pour en savoir plus cliquez-ici